post

Oeuf meurette

Aujourd’hui c’est oeuf meurette ! Revisité un tout petit poil dans sa présentation, mais on reste quand même sur la base de cette recette traditionnelle :  un oeuf poché au vin rouge, des croûtons de pain, des lardons (ou pas), des champignons, et du persil. Si tu veux une super marinade, tu fais picoler la poule pendant 3 semaines. C’est efficace mais faut être super patient. (j’vous laisse j’ai un coup de fil de Brigitte Bardot)

Pour cette recette tu prends tout ce qu’il y a au dessus : 

  • des petits oignons frais
  • du persil
  • 1 bouteille de rouge
  • 1 tranche de lard fumé
  • 1/2 oignon
  • des oeufs extras frais
  • des champignons de Paris
  • 2 gousses d’ail hachées
  • du pain de mie
  • du beurre demi sel
  • La sauce : 

Première chose importante : le pinard ! On peut adapter selon le degré de chauvinisme, mais la dessus, moi je n’ai pas de religion. L’important c’est d’avoir un rouge assez jeune et pas de la piquette. On passe pas un Haut Brion 83 non plus, faut pas déconner. On peut donc prendre un Bourgogne, moi je suis descendu dans le Beaujolais, avec un Morgon.

On commence par faire revenir 1/2 oignon coupé très fin, dans du beurre. Feu très doux.

Pendant ce temps là tu coupes ta poitrine fumée en lardons et au bout de 2-3 minutes, tu les ajoutes et tu les laisses revenir tranquillement aussi.

Quand c’est doré tu déglaces au vin rouge en mettant l’équivalent de 10 cl. Quand le vin a presque disparu, tu vides la bouteille. Prend une petite casserole, car le vin va réduire tranquillement à feu moyen pendant 30 minutes. Et si la casserole est trop grande tu ne pourras pas pocher les oeufs … Si t’as peur mets 2 bouteilles. Ajoute l’ail haché.

La tuile de pain :

Taille une tranche de pain de mie par personne.

ça te rassure quand je mets des photos hein ?

On va ensuite parer les bords, c’est à dire enlever la croûte.

Tu mets ton pain de mie entre 2 feuilles de papier sulfurisé, et tu lui écrases la gueule avec un rouleau à pâtisserie. Toujours avec amour, on le rappelle.

(tu fais moins le malin Bob l’éponge)

Tu vas mettre au pinceau un peu de blanc d’oeuf sur la surface, et tu vas hacher du persil, très très fin. Tu mets le persil sur le pain.

Tu prends un petit emporte pièce rond, ou de la forme que tu veux, je m’en fous, et tu détailles.

Voilà, oeuvre d’art. Ensuite, tu fais fondre 20 gr de beurre dans une petite casserole. Au pinceau, tu vas badigeonner le papier sulfurisé de dessus et celui du dessous. À l’intérieur bien sûr… le but c’est de beurrer les tartines, pas le four. On va avoir comme ça une belle coloration, et du croustillant. Garde le beurre dans la casserole pour plus tard.

Tu mets les tuiles au four à 160, 15-20 minutes (surveille au bout de 10 minutes). Pour ne pas que tes tuiles se gondolent (à Venise) fous leur une plaque dessus, ou un plat à gratin, ou un livre d’histoire de 6ème. Normalement quand ça ressort, et que tu mets sur un sopalin ça donne un truc du genre :

Tu peux cuire toutes les parures à côté en les taillant en bâtonnets, ça fera des mouillettes à mettre dans un joli pot au milieu de la table.

La sauce :

5 minutes avant de pocher les oeufs, mets les champignons dans le vin. Pendant ce temps, tu prends tes petits oignons, tu les coupes en deux dans le sens de la hauteur et tu les épluches délicatement pour faire des petites coques.

Refais chauffer le beurre dans la casserole, que tu vas emmener couleur noisette, et tu mets tes coques dedans à peine 3-4 minutes. Si tu vois que le beurre commence à noircir, déglace avec un verre d’eau et continue à cuire tranquilou.

Quand le vin a réduit à un peu moins de la moitié, tu vas filtrer toute la garniture. Donc tu récupères le vin quelque part, et dans une passoire tu gardes les lardons et compagnie. Ce sera plus simple pour pocher, on les remettra à la piscine après.

Pour pocher les oeufs c’est très très simple. Il faut qu’ils soit pondus de quelques jours max, sinon le blanc va partir en sucette, c’est la seule règle. Il faut que tu casses chaque oeuf dans un petit bol mickey avant de le pocher. Tu vas éviter les mauvaises surprises, les bouts de coquilles, et il faut que ton jaune soit intact. Pour garder un jaune nickel le plus possible, le mieux est d’utiliser des oeufs qui sortent du frigo.

Ensuite quand tu es à ébullition, tu fais un petit tourbillon dans le vin avec une cuillère, et tu déposes délicatement l’oeuf en couchant ton bol à la surface du liquide. Tout de suite, avec la cuillère, si le blanc s’étale un peu, tu le ramènes autour de l’oeuf délicatement. Et tu attends 3 minutes. Je t’ai pas fait de photos, parce que j’ai que deux mains, et puis qu’on voit rien, parce que l’oeuf devient couleur vin.

Quand l’oeuf est cuit, tu le sors avec un écumoire, et tu le mets sur un papier absorbant.

Le dressage :

Quand les oeufs sont cuits, tu remets toute la garniture dans la sauce, et tu continues de la faire chauffer.

Tu poses les oeufs au centre des assiettes, tu peux en mettre 1 ou 2 par personne, ça dépend si t’es radin. Tu mets la sauce autour, puis la tuile au dessus avec les tuiles de pain et les oignons.

Voilà, c’est tout con, simple, et efficace ! En plus tu peux tout préparer à l’avance, et juste pocher tes oeufs last minute. Elle est pas belle la vie ? Tu remarqueras que pas de sel et pas de poivre, y a rien à ajouter la dedans, tous les ingrédients font déjà le job !

post

Les petits pois (presque) à l’ancienne

Ils sont enfin arrivés ! Les petits pois, et les asperges, c’est ma vie, en dehors des raclettes.

Les choses les plus simples étant les meilleures, on va se faire une petite poêlée de petits pois – lardons fumés avec du poulet, et on va se mettre bien !

Pour cette recette, tu n’auras aucune pesée. Démerde toi.

Il te faut :

  • des petits pois frais
  • du lard fumé
  • des petits oignons nouveaux
  • de la sucrine, ou autre salade (la sucrine on ne trouve que de l’espagnole maintenant, beurk)
  • du poivre de penja
  • du poulet
  • du sucre
  • du beurre

Les légumes :

On écosse les petits pois. Ça normalement, tu sais déjà le faire. Coupe la tige de tes oignons, enlève leur les poils, et la première peau. Coupe un peu de la salade en petits bouts, et fais des lardons avec ta belle tranche de lard fumée.

Tu vas faire chauffer une poêle à feu moyen et tu mets tes lardons avec une (jolie) noix de beurre à dorer.

Alors ouais, je mets du beurre avec les lardons. Je mets du beurre avec tout de toute façon. Si je ne l’avais pas mis là, je l’aurai mis après, alors autant s’en servir pour les faire dorer. CQFD

C'est presque émouvant

Une fois que les lardons sont comme au dessus, tu mets de l’eau dans ta poêle et tu ajoutes les petits pois, avec les petits oignons, une pincée de gros sel, et quelques grains de poivre de penja, ou un autre si ça te fait plaisir.

Ajoute 2 morceaux de sucre.

Au bout d’une dizaine de minutes, toujours à feu moyen, tu te mets une louche de bouillon de côté. Tu ajoutes une cuillère à soupe de moutarde, et tu mets tes feuilles de salade. Tu remues, et tu éteins le feu.

Les petits pois sont normalement tout juste cuits. Si ce n’est pas le cas, tu prolonges un peu bien sûr.

Le poulet :

Tu fais chauffer à vif de l’huile dans une petite poêle. Tu sales bien le poulet et tu le saisis 2-3 minutes de chaque côté. On parle bien sûr d’un filet de poulet. Le poulet entier ne rentrera jamais dans la poêle.

Quand il est bien doré, tu déglaces ta poêle avec la louche de bouillon que tu avais gardée, et tu prolonges avec de l’eau.

Tu dois arriver à mi hauteur environ. Tu le laisses cuire comme ça 10 minutes en le retournant de temps en temps. Tu prends une louche de ton eau de cuisson de poulet à mi cuisson, et tu la mets dans les petits pois. Tu les remets par la même occasion à réchauffer un peu, pour que le bouillon réduise. On a le gout des lardons dans le poulet, et le goût du poulet dans les petits pois, c’est magique.

Quand tout est cuit, tu sors le poulet de là, et tu le découpes en tranches. Si il manque de cuisson à coeur, remets les tranches dans ton bouillon. Fastoche.

Fais toi une belle assiette, et utilise la sauce réduite de tes petits pois, pour mettre sur le poulet. C’est presque light, et c’est bon comme ça.

Voilà, tu sais faire comme moi. Il y a de quoi être méga fier.

post

La bonne quiquiche à sa mèmère (lardons chèvre)

Cette semaine, je suis avec Julie du blog Quand Ju’lie Patisse
(check 😉 http://quandjuliepatisse.com ). En plus d’être une fille adorable, à force de me faire passer des quiches devant le nez, elle m’a donné envie d’en faire une ! (que j’avais le droit de manger cette fois …) Voici la quiche aux lardons et au fromage de chèvre.
quiche lardons fromage de chèvre
Les proportions sont pour une (comme sur la photo dans un cercle à tarte de 20)
 

La pâte sablée :

– 125 gr de beurre pommade
– 250 gr de farine plutôt type 55 voire 65
– 1 jaune d’oeuf (c’est du salé, je te ferai même pas chier à le peser précisément, profites-en)
– du sel, du poivre, de la noix de muscade, et tout ce qui te fera plaisir, parce qu’on a vraiment eu un temps de merde aujourd’hui, et que oui, on peut trouver du réconfort dans les épices)
 
Travailler le beurre en pommade, puis incorporer la farine et les condiments. Je préfère la fleur de sel, et en mettre vraiment. Ca donne du goût et de la texture je trouve (voilà, c’est dit). Si tu tousses, c’est que t’en as trop mis.
Incorporer le jaune d’œuf (sans arrêter le batteur, c’est toujours plus fendard de voire le jaune s’écraser sur la feuille, qu’est ce qu’on se marre)
Ajouter progressivement l’eau. Tu vas me dire que c’est pas marqué. On y vient. Déjà parce que t’en as forcément chez toi, et qu’en plus c’est un peu au pifomètre. Il faut mettre en 50 et 60 grammes. Moi j’arrête souvent avant 50, en fait ça dépend de ta farine, il faut que la pâte se tienne bien !
Une fois que c’est prêt, tu peux la mettre au frigo, mais c’est pas obligé, surtout si t’as plus de place. Du coup, moi c’est le moment où j’ai pris une bière.
 

L’appareil à quiche :

200 grammes de lardons (des vrais hein, pas des Herta)
1/2 fromage de chèvre pas trop fait
25 cl de lait
25 cl de crème
2 œufs
2 jaunes d’œuf
 
Tu prends le lard, tu le découpes en lardons et tu les fais poêler à feu très vif. Et tu vas me dire : et si je suis végan ? Et bien tu oublies tout ce que j’ai dit avant, tu prends du pain, tu mets le fromage dessus, et ce sera trop bien.
Une fois que c’est fait, surtout, tu les mets sur du papier absorbant, et tu leur fais un câlin. Sinon il vont rendre tout leur gras dans la quiche, et ça, c’est pas tolérable ni pour toi ni pour moi. Comme ça il vont refroidir et tu les mettras pas à chaud dans ta préparation. Manges en un. De toute façon tu l’aurais fait sans que j’te l’dise.
 
Tu prends le fromage, et tu le découpes en rondelles. Ils seraient trop jaloux que tu saches faire ça à Masterchef.
 
Ensuite, tu prends tout le reste, et tu fouettes, tu fouettes, tu fouettes (pense à ton ex)
C’est presque prêt. Tu assaisonnes, car tu viens de te découvrir une passion pour les épices. Tu peux mettre du piment d’espelette c’est super bon. Si ton bol devient tout rouge, c’est que t’en as trop mis aussi (mais bon sur le dosage je te fais confiance je te laisse autonome)
 

Le final en apothéose :

Tu me fais ton plus beau fonçage de tarte. Tu prends l’appareil à quiche et tu verses tout la va d’dans, comme un gros babouin (j’espère que tu as la référence…), tu ajoutes le chèvre et c’est prêt à enfourner. Comme aujourd’hui je me suis lâché sur les photos, ça donne ça :
 
fromage de chèvre
 
C’est beau, mais c’est pas encore du Mozart. Si jamais t’es du genre à avoir des bouts de fromages périmés dans ton frigo, que t’as pas pris ta douche, et que tu vas être encore en retard au boulot, c’est ton heure de gloire. Le top du top, c’est de mettre des bouts de fromage de chèvre très durs et râpés. Là ça va te rappeler rapidement que t’as toujours pas pris ton rendez vous chez le dentiste, mais tu seras pardonné. Parce que c’est comme ça que c’est bon ! Au four, une bonne demi heure à 200 ° (ouais j’ai pas marqué au début qu’il fallait le préchauffer, mais comme t’as été jusque là avant de commencer, je considère que t’es quelqu’un de futé). Si tu as ton chèvre râpé, ajoute le en fin de cuisson et sous le grill !
 
Et voilà le résultat (ça change quand même de celle de tata Monique !) Si jamais t’es à cheval sur l’équilibre alimentaire, tu peux lui ajouter un bout de salade …
Enjoy 😉
– Ah ! Au fait ! T’as le bonjour de Chloraine ! 
– Hein ?
– Bah oui, Chloraine !
– Mais c’est qui Chloraine ?
Voilà voilà …
 
quiche aux lardons et fromage de chèvre
recette de quiche